Chronique historique ~ Le mariage moderne : d’où qu’y vient ? Qui qui l’a fait ?

mariage.png
Le mariage de la Vierge (détail), 1500-1504, Le Pérugin feat. Désublimation Régressive

– UBI TU GAÏUS EGO GAÏA ! YALLAA !
– Non mais vous vous foutez de qui ?
– Bah quoi ?
– On vous a dit qu’on s’appelait Faustus et Marcia, c’est marqué sur toutes les guirlandes de l’atrium. Savez pas lire en fait, c’est ça.
– Mais enfin c’est la formule traditionnelle du mariage romain, monsieur Faustus : « Là où tu es Gaïus, moi je suis Gaïa». C’est à votre femme de la prononcer.
– Bon moi j’en ai marre, si on me cherche je serai au buffet.
– MARCIA TU REVIENS, C’EST A TOI DE DIRE LA PHRASE !

Lire la suite « Chronique historique ~ Le mariage moderne : d’où qu’y vient ? Qui qui l’a fait ? »

Publicités

Reverse interview binouze : SLOGAN passe les acteurs de son clip à la questionnette

Résultat de recherche d'images pour "slogan hypercentre"

Les deux membres de SLOGAN, qui avaient répondu à nos questions en mars 2017, ont pris les manettes de notre interview binouze pour interroger les acteurs de leur nouveau clip à l’occasion de la sortie de leur nouvelle EP, Hypercentre.

Et comme chez Désu on en a rien naf des questions de conflit d’intérêt, il se trouve que c’est notre rédac chef qui joue le rôle d’Allegra dans le clip. Du coup la boucle est bouclée, mais ça nous a pas empêchés d’évoquer les ruptures, le potentiel sexuel de Rimbaud et des soufflettes, la perte des rushs du clip et ce que ça fait de simuler un rapport sexuel avec un inconnu devant une caméra, le tout en buvant des bières et en rigolant bien.

comedie.png

« Allegra », ça parle de quoi ? Lire la suite « Reverse interview binouze : SLOGAN passe les acteurs de son clip à la questionnette »

L’incruste mixtape #4 ~ CÉRÉMONIE

43030803_481244082377835_1528557067982340096_n

[du bonheur dans les oreilles en cliquant sur l’image]

A l’occasion de la sortie de leur nouveau single, Néons, c’est CÉRÉMONIE qui se tape l’incruste pour notre mixtape d’automne. Dans ce quatrième titre, ce trio envoûtant mêle une voix féminine et une voix masculine, chacune semblant être l’écho de l’autre, à un clavier aux accents dark wave, entêtants, mélancoliques et pop comme dans une fin de soirée où l’on continue de danser bien après le lever du soleil.

C’est dans ce genre de moment que l’on vous souhaite d’écouter Néons et la playlist que CÉRÉMONIE a créée tout spécialement pour nous mais ça marche aussi sur une aire d’autoroute, sous les étoiles, dans un bunker à Prague… Et pour mieux connaître ce mystérieux trio, Sabrina (chant et clavier) a répondu à nos questions.

Si tu étais l’enfant d’un personnage de Disney et d’un.e artiste (musicien.ne, peintre, écrivain.e… vivant.e ou disparu.e), ce serait lesquel.le.s ?

Lire la suite « L’incruste mixtape #4 ~ CÉRÉMONIE »

Le coup de gueule de la nuit : pourquoi vos dessins de bite ne me font plus marrer

aubergine2

Un beau soir / ou plutôt en pleine nuit / dans mon lit / j’faisais une insomnie
Quand soudain / scrollant mon feed facebook / surgissant de nulle part / une tof de bite, pétard !

D’ordinaire, mon fil d’actu ressemble plutôt à un savant mélange de publis de bisounours « anti-istes » (anticapitalistes, anticonsuméristes, antispécistes, antifascistes, antiracistes, antisexistes, antipastis, anticonnerie-stes, au choix ou tout à la fois) et du Télérama sortir des concerts de l’undeurgrounde parisienne. Et là, BIM, totalement HS, une photo d’une fausse bite géante. Bordel mais Marko ! tu nous casses les *insérez la partie du corps adéquate* à censurer des tétons même sur des repro d’œuvres d’art mais par contre mes yeux chastes de demoiselle en détresse peuvent subir une bonne grosse bite des familles entre deux articles sur le glyphosate, OKLM.

Lire la suite « Le coup de gueule de la nuit : pourquoi vos dessins de bite ne me font plus marrer »

Chronique historique ~ L’histoire du protestantisme. Acte 3 : tu ne mettras pas d’eau dans ton Calvin

Calvin-thug

Précédemment, dans « Rififi dans ton bénitier » : après s’être investi corps et âme dans la diffusion de sa doctrine et avoir envoyé 267 lettres de reconquête à Samantha, Luther s’éteint en 1546 après avoir déclaré une violente intolérance aux strudel. Il laisse dans son sillon théologique une doctrine bien implantée en terre allemande et dans son sillon interfessier une grande partie du dogme catholique. Dans les années 1530, le luthéranisme apparaît pourtant à beaucoup comme s’étant rigidifié, sclérosé, bien loin du souffle révolutionnaire qu’il portait à ses débuts.

En Suisse, de nouveaux penseurs poursuivent la diffusion d’une Réforme en constante évolution. C’est le cas de Zwingli puis de Bullinger.

Pendant ce temps, le jeune Jean Calvin se prépare à un destin qu’il n’avait semble-t-il pas du tout, mais alors pas du tout, anticipé… Lire la suite « Chronique historique ~ L’histoire du protestantisme. Acte 3 : tu ne mettras pas d’eau dans ton Calvin »

Le sexisme expliqué à… mon rencard

Spécialement pour Désu, Apo raconte en BD ces discussions vraiment vécues qui nous font parfois nous sentir si seuls. (Si toi aussi tu veux nous raconter tes moments de solitude féministe pour qu’on les mette en BD, écris-nous !)

Lire la suite « Le sexisme expliqué à… mon rencard »

Chronique historique ~ L’histoire du protestantisme. Acte 2 : réforme, lutte des classes et chocolat

luther2

Précédemment, dans « Rififi dans ton bénitier » : à la suite dune rupture difficile avec Samantha, Martin, trentenaire en crise, sest adonné corps et âme à lanalyse critique de la doctrine catholique. Révolté contre le principe des indulgences et ne disposant pas de connexion Wifi, il avait mis à jour son statut directement sur les portes de l’église de Wittenberg en 1517 en exposant sa critique sous la forme de 95 thèses, ce qui lui avait valu d’être excommunié par Brandon et ses cardinaux.

La Réforme venait d’écrire son premier chapitre, sans savoir encore quelle allait aboutir à lun des plus importants schismes religieux de lhistoire.

Lire la suite « Chronique historique ~ L’histoire du protestantisme. Acte 2 : réforme, lutte des classes et chocolat »